Adresse des Archevêques et Evêques de Côte d'Ivoire  
  (février 2003- extraits)

 
NB : Des médias ont extrait certaines critiques générales. Les passages ci-dessus sont clairs et curieusement explicites de la part d'autorités religieuses, mais personne ne les écoute car ils ont perdu leur crédibilité dans d'autres sujets.

Dans notre pays, on peut fomenter un coup d'Etat et ne jamais savoir qui en sont les auteurs et les commanditaires. Ces commanditaires que le mystère entoure, auraient-ils hésité à faire découvrir leur visage s'ils avaient atteint leur objectif? Il faut avoir le courage d'assumer ses responsabilités.
Peut-on remettre le pouvoir entre les mains d'individus insensibles aux souffrances et aux cris de douleurs de ceux qu'ils veulent diriger ? Peut-on faire confiance à des responsables politiques qui préfèrent investir leurs biens dans l'achat des armes plutôt que de les utiliser pour construire le pays et apaiser la misère des citoyens? Nous nous rendons compte: vous avez purement et simplement pris notre pays en otage pour assouvir votre soif de vous emparer du pouvoir.
Nous vous invitons à vous ressaisir et à réparer le tort causé au peuple de Côte d'Ivoire, sinon vous porterez sur votre conscience le sang des milliers de personnes qui ont perdu la vie à cause de vous.
Ajoutons à cela, le rôle ambigu, louvoyant et confus des autorités françaises. Pourquoi s'adonnent-elles à ce double jeu? Est-ce pour défendre leurs intérêts ? Mais convient-il de placer l'intérêt particulier des sociétés multinationales, fussent-elles pourvues de puissants moyens financiers, au-dessus de l'intérêt d'une nation, d'un peuple? A-t-on le droit de livrer tout un peuple à l'abattoir en fournissant des armes à une partie de sa population transformée en rebelles et soutenue dans sa révolte et ses revendications par des alliés?
A vrai dire, nous ne comprenons pas l'attitude et le comportement de la communauté internationale qui semble exécuter une stratégie planifiée depuis longtemps.
Nous dénonçons en particulier ce matraquage médiatique généralisant et truffé de mensonges. L'on sait que les médias sont à la solde des comploteurs; selon la lecture des unes et des autres, ils voient blanc ou rouge.
Nous souhaitons ardemment que nos nombreux amis en France, au Burkina Faso, au Mali, au Liberia et ailleurs dans le monde, ceux qui souffrent avec nous et prient pour nous, puissent ramener à la raison et à la sagesse les dirigeants de leurs pays respectifs, si tant est vrai qu'ils sont impliqués.

portada de documents