Déclaration des partis politiques sur les accords de Marcoussis et la conférences des chefs d'états a Paris sur la crise Ivoirienne
Face aux graves événements qui se déroulent actuellement en Côte d'Ivoire, suite à l'annonce par la Conférence des Chefs d'Etats de la désignation du Premier Ministre et de la présentation de l'architecture du Gouvernement de Réconciliation Nationale, les Partis Politiques signataires de la présente déclaration tiennent à apporter les précisions suivantes et à lancer un appel.
    1) - Les travaux de la Table Ronde de Marcoussis ont été suivis du Sommet des Chefs d'Etats de la CEDEAO et de la France, en présence de la Communauté Internationale et notamment, du Secrétaire Général de l'ONU, du Secrétaire Exécutif de l'Union Africaine, et des partenaires au Développement.
Les Chefs des Délégations à la Table Ronde de Marcoussis ont été invités à ce Sommet uniquement en qualité d'observateurs, sans droit à la parole.
    2) - C'est ce Sommet des Chefs d'Etats qui a, d'autorité, désigné le Premier Ministre, repartit les Ministères et attribué d'office les deux postes de la Défense et de l'Intérieur au MPCI (Mouvement rebelle). Cette décision a été prise, contre la Lettre et l'Esprit de l'accord de Marcoussis, qui prévoyait la désignation du Premier Ministre par consensus, après une large consultation de toutes les Parties présentes à la Table Ronde par le Président de la République, de même que « l'attribution des Ministères… de manière équilibrée entre les Parties ».

 

Ainsi, les Chefs des Délégations signataires de l'Accord de Marcoussis, n'ont pas été consultés comme prévu, et n'ont pas eu la latitude de se prononcer sur les décisions du Sommet des Chefs d'Etats de Paris (Kléber).

    1) - Les décisions des Chefs d'Etats prises lors du Sommet de Paris (Kléber) sont loin de refléter totalement la Lettre et l'Esprit de l'accord de Marcoussis, résultat d'un consensus qui a suscité des espoirs partagés.
    2) - Les Partis Politiques signataires de la présente déclaration, réaffirment que l'Accord de Marcoussis n'est pas en cause dans la survenance des événements actuels en Côte d'Ivoire. Ce qui est en cause, c'est son application, telle que engagée par le Sommet des Chefs d'Etats de Paris.

 

Les Partis Politiques signataires de la présente déclaration rappellent que les accords de Marcoussis consacrent entre autres:

    1) -Le respect de la légalité Constitutionnelle et des Institutions Républicaines y compris la poursuite du mandat du Président de la République.
    2) - La Restauration de l'Intégrité Territoriale
    3) - La Restauration de l'Autorité de l'Etat.

 

En conséquence,
Dans un esprit de Conciliation et de Réconciliation, les Partis Politiques, conscients de l'Intérêt Supérieur de la Nation, et de l'Urgence de la Restauration de la Paix comme préalable à tout développement;

    1) - Lancent un Appel pressant à l'apaisement et demandent aux Populations de continuer de faire confiance au Président de la République, Chefs des Armées et d'éviter tout débordement.
    2) - Invitent avec insistance, la France, l'ONU, l'Union Africaine, la CEDEAO et toutes les Institutions Internationales garantes de l'Accord de Marcoussis, à rechercher en accord avec le Chef de l'Etat ivoirien et les Partis Politiques signataires dudit Accord, une Solution Négociée, Juste, Equitable, conforme à l'Accord de Marcoussis et aux Valeurs Républicaines.

 

  Fait à Paris, le 29 Janvier 2003.

Pour le PDCI (Parti Démocratique de Côte d'Ivoire)
Pour le FPI (Front Populaire Ivoirien)
Pour l'UDPCI (Union pour la Démocratie et la Paix en Côte d'Ivoire)
Pour l'UDCY(Union Démocratique des Citoyens)
Pour le MFA (Mouvement des Forces d'Avenir)

portada de documents